00799498_photo_affiche_reservoir_dogs

Reservoir Dogs... Ce film au titre étrange est le premier de Quentin Tarantino. En fait, ç'aurait du être son deuxième, mais les bobines de son film d'avant, My Best Friend's Birthday, ont brûlé à la fin du tournage du dit film... Pas de pot pour le génie du thriller barré, et c'est ainsi que l'on peut considérer Reservoir Dogs comme sa première oeuvre. Sorti en 1992, il s'agit déjà d'un vrai Tarantino, un putain de thriller comme il sait les faire. Très violent et sanglant, mais aussi très drôle parfois. Le casting réunit Harvey Keitel (un des plus gros triomphes de Tarantino: arriver à caser une star comme Keitel dans son premier film !), Michael Madsen, Tim Roth et Sam Buscemi pour les rôles principaux. Tarantino s'offre également un petit rôle, même s'il est au final peu présent devant la caméra. Mais, autant le dire, ce casting est juste incroyable, les acteurs sont excellents, clairement. Et au final, tout est là pour faire de Reservoir Dogs un chef d'oeuvre, tourné pour absolument que dalle (la plupart du film se situe dans un entrepôt pour le moins abandonné...), mais avec déjà tout le charme et la délicatesse de Tarantino: les "fuck", "fuckin'", "motherfucker", "dick" sont évidemment de la partie, et en cela, il est absolument indispensable de voir le film en VO (c'est ainsi que je l'ai vu).

45203595_p

Tarantino aime bien brouiller les pistes, et ce scénario le prouve. Comme celui de Pulp Fiction, il se passe dans le désordre. C'est avec une scène d'ouverture absolument hilarante dans un bar que l'on découvre six cambrioleurs qui ne se connaissent que peu, et ont été engagés par un vieux truand nommé Joe Cabot, afin d'organiser et de faire un braquage de banque. Les vrais noms des cambrioleurs sont dissimulés sous des pseudos de couleurs: Mr Brown, Mr White, Mr Orange... Tout est prêt pour réussir un casse du siècle. Mais les six se font choper par la police: deux meurent sur le coup (dont Tarantino), un qui s'est pris une balle dans le ventre est salement amoché. Celui-ci, Mr Orange, se fait emmener dans un entrepôt par Mr White. White est bientôt rejoint par Mr Blonde. Tandis que Orange crève à proximité d'eux, White et Blonde se mettent d'accord: il y a forcément un mouchard parmi la bande pour que les flics les aient eu si rapidement. Des questions se posent alors... Quelquefois, au milieu des scènes se déroulant dans l'entrepôt, il y a des flashbacks: on voit comment White et Blonde se sont fait engager par Joe, ces scènes prouvent ainsi leur innocence. Soudain, dans le local, le sixième malfrat, Mr Blue, arrive et demande à White et Blonde d'aller voir dans sa voiture: effectivement, Blue a piégé un jeune flic, qui va subir mille morts. C'est là la scène cultissime, anthologique, mythique du film: sur le Stuck In The Middle With You des Stealers Wheel, Mr Blue réarrange le flic au rasoir. Il lui coupe une oreille, le roue de coups et s'apprête à lui foutre le feu dessus, quand soudain, Orange, du fin fond du local où il est en train de périr, tire sur Blue, car il a reconnu en la personne du flic un de ses... collègues: Orange est le mouchard, c'est un flic.

untitled

On voit alors son parcours à lui: de comment il a fait pour s'incruster dans la bande à Cabot sans se faire remarquer jusqu'à la balle dans le ventre qui l'a amoché lors du braquage. Et maintenant, il se retrouve dans cet état là... A peu près tout le monde revient dans l'entrepôt au même moment: il y a White, Blonde, Cabot et son fils, qui peuvent admirer les morts présents: Blue et le flic. Ca tourne en engueulade, il y a fusillade générale entre les deux Cabot, Blonde et White. Seul White survit, il est prêt à achever totalement Orange, quand la police arrive, lui ordonne de lâcher son arme. Mais White ne lâche pas son arme et dézingue Orange avant de se faire dézinguer par les flics. Fin des joyeusetés.

untitled

Le film est extrêmement violent. Interdit aux moins de 16 ans, et c'est justifié: certaines scènes sont simplement terriblement sanglantes, le pire revenant à cette scène, comme je le disais, absolument cultissime, où Blue fait subir mille morts au flic. Heureusement, on ne voit pas l'action se dérouler, la caméra se tourne par pitié pour le spectateur, mais ce qu'il en résulte n'est pas beau à voir. Ce n'est pas la seule scène culte et choc du film: comment oublier Orange couvert de sang, glapissant à l'arrière de la voiture ? Bref, ce film est un gros défouloir, un choc visuel, doté d'un scénario grandiose et d'acteurs qui ne le sont pas moins. Un pur sommet pour Tarantino, qui signe avec Reservoir Dogs un de ses meilleurs films. Immanquable !